Voyages JaponLes Geisha

Les Geisha

Une geisha est une femme qui consacre sa vie à la pratique des arts traditionnels japonais, afin de divertir une clientèle aisée. Elles sont les gardiennes des traditions japonaises.

Le terme geisha signifie littéralement « personne d'arts » ou « personne pratiquant les arts ». Il est officiellement reconnu dans la seconde partie du XVIIIème siècle comme métier à part entière. Il désigne les femmes cultivant le raffinement artistique dans plusieurs domaines tels que l'habillement, la musique, la danse, la littérature, le maniement de l'éventail, la composition florale, les jeux, la cérémonie du thé et l'art de la conversation. Elle sont ainsi les gardiennes des traditions du peuple japonais.


HISTOIRE DES GEISHA


C'est l'ouverture des maisons de thé dans les quartiers des plaisirs au XVIIIème siècle qui marque le début du métier de geisha. Il faut savoir qu'à l'origine, les geisha étaient des hommes! Les femmes devinrent cependant plus nombreuses que les hommes assez rapidement. A partir de 1800, toutes les geisha étaient des femmes. Le métier de geisha fut officialisé par le gouvernement japonais qui a créé un bureau d'enregistrement afin de les recenser mais aussi d'interdir toutes relations sexuelles entre les geisha et leurs clients. La réforme Tenpo a proscrit ensuite la prostitution et fait fermer les quartiers des plaisirs. A leurs réouvertures, le gouvernement a fixé un tarif officiel pour l'activité des geisha. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le gouvernement a envoyé les geisha travailler en usine pour soutenir l'effort de guerre. L'interdiction totale de la prostitution a suivi en 1957, ce qui a permis de démarquer définitivement les geisha des prostituées. Si on pouvait compter plusieurs milliers de geisha au XVIIIème siècle, on en compte aujourd'hui moins de 200. La difficulté de l'apprentissage et l'obligation de sacrifier sa jeunesse dissuadent de nombreuses jeunes filles de prendre cette voie.


FORMATION ET VIE DES GEISHA


Devenir geisha représente un travail intensif. Les jeunes filles doivent en effet consacrer des années de leur vie à l'apprentissage des codes et des traditions japonaises. A l'origine, les familles très pauvres vendaient leurs petites filles aux okiya (maison de geishas), où l'okasan (mère) prenait en charge toute leur éducation jusqu'à l'âge adulte. Durant leur enfance, elles effectuaient essentiellement des tâches ménagères et travaillaient comme assistantes au quotidien. Puis, les jeunes filles débutaient l'apprentissage des différents arts traditionnels. Les plus belles et les plus douées se spécialisaient dans l'art de la danse traditionnelle. Si beaucoup choisissaient de se spécialiser, toutes les apprenties geisha (maiko) devaient étudier le chanoyu (cérémonie traditionnelle du thé), la poésie et la littérature japonaise, l'ikebana (composition florale), la musique (divers intruments comme le shamisen, les tambours traditionnels, la flûte japonaise...), le port du kimono (kitsuke) et l'art de la conversation et des jeux de divertissement. Cette base d'études leur permettaient d'acquérir une culture générale, afin de pouvoir discuter de tout avec leurs clients aisés. Durant leur période d'apprentissage, les maiko suivent et observent une geisha qui devient "leur grande soeur" et les accompagne lors de réceptions et banquets, puis lors de leurs rendez-vous. Lorsque la maiko est prête, elle accède officiellement au métier de geisha. Cela est marqué par la cérémonie du changement de col erikae, où les nouvelles geisha échangent leur ancien col rouge pour un col blanc.


LES CODES DES GEISHA AU JAPON


L'habillement


Les geisha portent un kimono de soie fermé par une large ceinture nouée dans le dos, appelée obi. La forme du noeud, la couleur et les motifs du kimono dépendent de l'âge. Les maiko portent le noeud "en traine" alors que les geisha confirmées le porte court. Elles portent des chaussettes blanches tabi, et des sandales en bois compensées geta. Pour différencier une geisha d'une maiko dans la rue, vous pouvez faire attention à la couleur du col, rouge pour une maiko et blanc pour une geisha, et au noeud de leur kimono.

Le maquillage


Le visage est fardé de blanc en épaisse couche. C'est de la poudre de riz. La bouche est teintée de rouge vif, les yeux maquillés et les sourcils redessinés avec du noir. Plus les geisha sont âgées et confirmées, moins elles se maquillent. Souvent, les maiko peignent  uniquement leur lèvre inférieure en rouge.

La coiffure


Les geisha ont des chignons traditionnels japonais très sophistiqués faits par des coiffeurs spécialisés. La coiffure doit pouvoir durer plusieurs semaines. Ainsi, pour ne pas applatir leur coiffure, les geisha dorment avec un takamakura, sorte de repose-nuque, pour ne pas que leur tête touche le sol. Certaines geisha portent également des perruques.

Mode de vie


Les geisha sont rattachées à une maison de geisha okiya. La structure de l'okiya s'apparente à une structure familiale avec une mère, des grandes et des petites soeurs. Ce sont les maisons qui perçoivent une partie du salaire des geisha, afin de rembourser leurs investissements (repas, formation, éducation...).

Profession


Le travail principal des geisha est de participer aux banquets zashiki ayant lieu dans les ochaya, des restaurants traditionnels japonais, des salons privés ou chez des particuliers. Selon le client qui les paie, les geisha se doivent de divertir par divers arts (la danse, la musique, etc...), mais aussi par des jeux ou bien une discussion. Le tarif d'une geisha est proportionnel au temps passé avec le client. Une geisha a besoin d'un protecteur appelé danna. C'est un homme très riche qui lui fait divers cadeaux, lui verse d'importants pourboires et l'entretient. Cet homme est traditionnellement choisi par l'okiya et non par la geisha, en fonction de son prestige et de sa renommée sociale. La geisha et son danna se lient au cours d'une cérémonie.

Bien qu'il fut autrefois possible d'acheter la virginité des maiko (sans forcément avoir de rapports sexuels, mais juste la renommée de la posséder), il est aujourd'hui erroné d'associer les geisha à la prostitution. Elles sont en effet garantes de la réputation de leur maison et se distinguent par leur raffinement et leur excellence dans la maîtrise du divertissement et des arts. Les geisha ne vendent en aucun cas de faveurs sexuelles à leurs clients. Souvent confondues avec les courtisanes de l'ère Edo de haut rang (notamment à cause de leur apparence), et associées aux prostituées qu'elles croisaient dans le quartier des plaisirs, il est important aujourd'hui de ne pas faire d'amalgame.


OÙ CROISER DES GEISHA AU JAPON ?


Les quartiers des geisha sont appelés hanamachi. Aujourd'hui, les hanamachi les plus célèbres sont :
- à Kyoto, notamment dans le quartier de Gion. Le quartier de Gion est le quartier mythique et traditionnel par excellence de l'archipel nippon, capitale du pays pendant plus de 1000 ans. C'est ici que vous aurez le plus de chance de croiser une geisha ou une maiko durant votre périple japonais.
- dans les quartiers de Akasaka, Shinbashi et Asakusa à Tokyo.
- et dans le quartier Higashi à Kanazawa.